[CINEMA]Blade Runner 2049

On parle de tout et de rien !
Avatar de l’utilisateur
Cina Mel
Animateur
Messages : 417
Enregistré le : lun. 1 févr. 2016 16:52

Re: [CINEMA]Blade Runner 2049

Messagepar Cina Mel » sam. 7 oct. 2017 11:17

Je me cite moi-même, pas que je sois mégalo mais


"So, Balde Runner...
Je ne tomberai pas dans le jeu de mots facile (Run you, fools !) parce qu'il est pas si mauvais. Pas mauvais non plus.
En fait, il est juste : "Bien mais pas top".
Mais on ne peut pas demander à un édulcorant de faire le job du sucre.

Ce qui soulève une question intéressante : pourquoi faire une continuation de Balde Runner alors que K.Dick (pour ne citer que lui) a écrit tout un tas d'autres bouquins bien sympas ?

Spoiler : :
Ce qui m'a déplu :
- Des libertés prises avec l'oeuvre originale. Forcément me direz-vous, c'est le principe. N'empêche.
- Le coup de l’Élu(e). ça m'avait déjà un peu saoulé dans Matrix, et je l'ai senti comme un cheveux sur la soupe. Ceci dit, après tout, selon la grille de lecture utilisée, on peut faire dire à un texte tout et son contraire.
- Certains points insuffisamment expliqués alors que cela aurait été intéressant (au moins pour moi).
- 2h40. C'est... long. Des gens sont partis avant la fin et j'avoue que j'étais tentée de regarder l'heure sur mon tel à plusieurs reprises.
- Les dialogues (mention spéciales pour les vannes Tony Stark©). Certaines répliques tombent à plat. ça doit être mieux en VO.
- Des scènes improbables (la baston à Vegas entre K (Pas celui de MIB) et Rick. Surtout sa conclusion, en fait).
- L'IA qui ne peut pas / ne pense pas à faire une sauvegarde de secours de son IA. Okay, il faut acheter l'interface pour la visualiser n'importe où mais un périphérique de sauvegarde safe et pas trop cher, ça devrait quand même pouvoir se trouver en 2049, non ? !

Ce que j'ai aimé :
- L'esthétique. Les décors sont beaux jusque dans leur crasse et les plans de caméra rendent bien l'oppression urbaine.
- L'IA de l'IA qui apporte un côté bien sordide (vous vous rappelez du lien que j'avais mis dans la section "humour" ? Ben voilà, la même.)
- L'hologramme culinaire qui vous fait passer du mi (soupes de nouilles) pour un steak.
- Les blasters qui font plus de bruit qu'une arme à poudre.
(ça me rappelle d'ailleurs une nouvelle de SF (mais pas son mon) : un type perdu en pleine forêt hostile a une super arme qui volatilise tout ce qui bouge.. mais silencieusement ! Du coup, les prédateurs ne comprennent pas et l'arme n'a aucun pouvoir de dissuasion. Comme il fallait un temps pour la rechercher (si je me souviens bien), il a fini par utiliser des moyens plus conventionnels pour assurer sa tranquillité le temps que l'équipe de secours débarque...)
- J'avoue, je rame...
"

Vivement Star Wars.
42

Avatar de l’utilisateur
Cina Mel
Animateur
Messages : 417
Enregistré le : lun. 1 févr. 2016 16:52

Re: [CINEMA]Blade Runner 2049

Messagepar Cina Mel » sam. 7 oct. 2017 11:25

Spoiler : :
https://vimeo.com/209070629

La vidéo dont je parlais.
42

Avatar de l’utilisateur
Jean-Noel
Président
Messages : 843
Enregistré le : jeu. 28 janv. 2016 16:58

Re: [CINEMA]Blade Runner 2049

Messagepar Jean-Noel » jeu. 12 oct. 2017 14:45


Avatar de l’utilisateur
Nicolas
Joueur invétéré
Messages : 404
Enregistré le : mar. 8 mars 2016 16:25

Re: [CINEMA]Blade Runner 2049

Messagepar Nicolas » ven. 13 oct. 2017 14:39

Je suis sorti du cinéma déçu.
Et pourtant le film, bien que non exempt de tout défaut - on y reviendra -, est bon. Je retourne ça dans ma tête depuis quelques jours et avec le recul et après l'avoir un peu digéré je commence à penser qu'il est même très bon. Je le recommande à ceux qui hésiteraient à y aller (mais (re)regardez le premier avant quand même, sans le premier film en tête certaines scènes auront moins de force).
Alors pourquoi étais-je déçu ? Comme je vous l'écris ça tourne dans ma tête et je crois que l'explication est toute simple : bien que le film soit bon, bien qu'on sache à l'avance qu'il ne pouvait être à la hauteur du premier, il souffre justement de la comparaison avec ce dernier. C'est injuste mais c'est comme ça. Le premier Blade Runner est un chef-d'oeuvre, il a un souffle, un côté épique, qu'on ne retrouve pas dans la version 2049. Peut-être manque-t-il un héro plus ambigu (K étant assez monolithique) ? Une femme fatale digne de meilleurs romans noirs comme Rachel ? Ou peut-être pas. Ce qu'il manque en revanche, c'est certain, c'est un méchant charismatique comme Roy Batty. Sans parler du discours en slibar sous la pluie.

Plus de détails dans la partie spoiler

Spoiler : :
Le film est beau. Super beau même. Les couleurs, la lumière tout est extrêmement bien travaillé pour coller à la scène en cours et donner au film une ambiance quasi-palpable. La première image du film qui m'a marqué c'est quand K sort de sa voiture pour se diriger vers l'arbre. La voiture est à gauche en arrière plan, l'arbre à droite au premier plan et K entre les deux. Le tout dans les tons de gris. Premier exemple de composition dans un film qui en sera bourrée pour le plus grand plaisir de nos mirettes. Après, comme chacun d'entre nous, le film à les défauts de ses qualités. parfois on est à la limite du too much dans l'esthétique. Notamment chez Wallace où on comprend que le décor est à la hauteur de sa mégalomanie mais ce bâtiment n'est pas fonctionnel bordel ! Personne ne bosse et/ou vit dans un endroit comme ça.
C'est vrai - comme je l'ai lu ici et là - que cet esthétique participe de l'ambiance et de l'immersion mais sur ces points on reste loin d'un Mulholland Drive ou d'un Black Swan.

Le rythme est lent et c'est tant mieux. La bande-annonce vend un film d'action et heureusement il n'en n'est rien si ce n'est sporadiquement. Ça n'est d'ailleurs pas le moindre tour de force du film que durer 2h40 avec un rythme lent et de ne pas nous ennuyer. Je n'ai personnellement à aucun moment trouvé le temps long. Pas sûr que ce soit le cas lors d'un deuxième visionnage mais mission accompli au moins sur ce point.

La version 2049 inverse le propos du premier opus. K est (et se sait) un réplicant mais croit qu'il est plus qu'une machine car "né". Ce qui le rend à minima "spécial" comme le dit Joi, voire lui donnerai une âme selon une unique réplique du film (fort heureusement pas plus qu'une réplique, point de mystiscisme par ici). Il s'avèrera finalement que c'est faux mais l'idée d'inversion reste bonne. Et trop peu exploiter. Enfin à mon sens. Et c'est l'un de mes plus gros point d'interrogation face à ce film. Est-ce qu'il n'en fait pas assez ou est-ce ma lecture qui manque de subtilité et j'ai besoin qu'on m'assène le propos à coups de burin ? Peut-être que je tombe dans le travers des spectateurs de 1982 qui n'avaient pas su saisir l'essence du film et l'avait descendu en flêche ?
D'un autre côté j'admets que la scène d'amour est particulièrement réussit. On se demande vraiment ce qu'on est en train de regarder. On regarde deux "êtres" (réplicants / machines) dont l'un est "investi" ? "possédé" ? par une IA. Le mélange des visages ainsi que la désynchronisation des bras ajoutant à l'"inhumanité" de la scène qui - et c'est tout le paradoxe et l'intérêt - nous montre l'activité la plus humaine qui soit, du moins la plus inaccessible à une machine. Pour le coup nos repères sur la frontière entre humanité et machine explosent ce qui est ce qu'on attend d'une adaptation de P. K. Dick. Non ?
Bizarrement le film prend à la fin le contre-pied de tout ça. Alors qu'il a passé 2h30 à nous faire admettre qu'un réplicant peut être aussi humain que vous et moi (surtout vous), la rencontre entre K et l'hologramme publicitaire géant de Joi nous les renvoie à l'état de machine. La pub l'appel "Jojo" alors que Joi l'avait nommé "Joe" pour affirmer sa spécificité. Avec tous ces "Jo"s dans les noms on se demande si finalement ce n'est pas un comportement programmé la ramenant à son statut d'IA. Mes souvenirs sont flous mais je crois qu'il s'agit justement l'élément déclencheur qui va mener K à sauver Deckard, se rendant compte que son amour n'était pas réel et le décidant à agir pour sauver ce qui l'est vraiment (Deckard et son amour pour sa fille).

La mise en scène globalement réussit souffre quand même de certaines lourdeurs. Deux-trois fois dans le film un personnage se rappel un dialogue, (on nous repasse donc la bande son...) ce qui explique l'action qu'il va effectuer dans la seconde qui suit. Mouais... Autre chose, quand Joi demande à être effacé ils insistent sur le fait que sa "vie" ne tient plus que sur le bidule à peine plus gros qu'un stylo. Spectateur si tu n'as pas compris qu'elle va mourir c'est que tu as 5 ans et que c'est le premier film que tu vois...
Bon, pis le placement produit pour Peugeot... Pour les ricains je ne doute pas que ça passe mais en tant que français ça te sort du film d'une force ... :/

Pour se faire peur...
Je suis sorti de la salle en me disant qu'il y avait tous les éléments mis en place pour un "Blade Runner 3 : Le soulèvement des machines". Bah vous savez quoi ? J'ai lu je ne sais plus où que les producteurs avaient envie de développer la franchise. Je pleure des larmes de sang rien qu'à cette idée.


Conclusion :

Image

Don't worry they didn't ruin it.
Yet.
You clearly don't know who you're talking to, so let me clue you in: I am not in danger, Skyler. I am the danger. A guy opens his door and gets shot, and you think that of me? No! I am the one who knocks!

Avatar de l’utilisateur
Nicolas
Joueur invétéré
Messages : 404
Enregistré le : mar. 8 mars 2016 16:25

Re: [CINEMA]Blade Runner 2049

Messagepar Nicolas » ven. 13 oct. 2017 14:47

You clearly don't know who you're talking to, so let me clue you in: I am not in danger, Skyler. I am the danger. A guy opens his door and gets shot, and you think that of me? No! I am the one who knocks!

Avatar de l’utilisateur
DeathAmbre
Trésorier
Messages : 362
Enregistré le : lun. 1 févr. 2016 14:09

Re: [CINEMA]Blade Runner 2049

Messagepar DeathAmbre » lun. 16 oct. 2017 07:59

Eh bien, en voilà une superbe analyse ! (sans sarcasme)
On sent que le sujet te passionne.
Pour ma part, je ne suis pas un grand fan de Blade Runner dont la poésie m'a toujours échappé et dont l'esthétisme ne me transporte guère. Je n'ai gardé en mémoire que les dernières paroles de Roy.
Néanmoins la cohérence sacrifiée à l'autel de l'esthétique architecturale (bâtiments démesurés) ne me choque pas et c'est d'ailleurs bien le seul moment où ça passe.
Merci pour ton retour précis et détaillé, qui me permet de me décider à ne pas y aller :D

J’ai vu tant de choses, que vous, humains, ne pourriez pas croire... De grands navires en feu surgissant de l’épaule d’Orion, j’ai vu des rayons fabuleux, des rayons C, briller dans l’ombre de la Porte de Tannhaüser. Tous ces moments se perdront dans l’oubli, comme les larmes dans la pluie. Il est temps de mourir.
La cotisation Fumbles : ne ratez pas une grande occasion de sortir votre chéquier !


Retourner vers « BLA BLA »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité